La démarche ERP à tout prix ?

Au commencement, l’entreprise sans ERP c’est comme ça, chaque service/métier dispose de ses outils, ça fait plusieurs licences à gérer et chaque outil est bien spécialisé pour répondre au besoin :

Afficher l'image d'origine

Puis, on se rend compte que tout n’est pas au même endroit et que c’est pas très pratique à maintenir et/ou qu’on doit prévoir de revoir l’établi régulièrement. On commence à réfléchir à un ERP pour regrouper tous les outils au même endroit :

Voici ce qu’un commercial représentant d’ERP vous vendra :

Afficher l'image d'origine

Et voici ce qu’on vous livrera :

Afficher l'image d'origine

Si vous n’y mettez pas de très sérieux moyens, vous allez diluer la qualité de chaque outils dans le coût global de maintenance du support, au bout de plusieurs années de personnalisation vous finirez par avoir un outil un peu plus adapté à vos besoins réels :

Afficher l'image d'origine

Hélas, quand il s’agit de faire évoluer quelque chose, tout étant lié, il faut toujours tenir compte des dégâts collatéraux, au final, vous allez craquer et charger votre département IT de mettre de l’ordre dans ce bordel et d’en faire quelque chose de « standard », vous obtiendrez alors quelque chose comme ça : tout est bien rangé, mais ça devient tout de suite un peu moins maniable par vos spécialistes, vous vous voyez changer un évier avec ça ? (ou couper votre steak ?)

Worlds_largest_Swiss_Army_knife_wenger_giant_knife

Le jour où vous aurez un souci sur un des outils intégrés, vous devrez faire la maintenance corrective en tenant compte de tout ce qui est autour et vous rendrez peut être même votre système indisponible (bloquant du coup tout un tas d’autres utilisateurs).

Afficher l'image d'origine

Au final, votre ERP vous aura couté un prix structurel forfaitaire qui vous aura éloigné des vrais outils dont vous aviez réellement besoin pour réussir, c’est à dire des outils métiers dédiés et étudiés spécialement pour vos métiers :

Afficher l'image d'origine

La démarche ERP ne peut fonctionner que si vous y mettez réellement les moyens, financiers et humains. L’ERP étant aussi et surtout une place de marché. Une fois dans l’ERP, si vous voulez y rester, vous allez devoir acheter des outils « compatible avec votre ERP », coutant généralement 10 fois le prix des outils traditionnels.

L’avenir, selon moi, va se repositionner sur les outils spécialisés MAIS avec une différence importante vis à vis du 20ème siècle sur leurs capacités d’interconnexion, les outils n’auront plus besoin d’une base de donnée commune type ERP pour partager leurs données, un « Pipeline » standard comme cela se fait dans l’industrie du cinéma et des jeux vidéos a toutes ses chances d’émerger réellement, avec un fort découplage des briques fonctionnelles.

Toute ressemblance avec un ERP Allemand bien connu serait fortuite 🙂

 

Un petit sommet de Chartreuse

Ce week end, j’ai eu le plaisir de découvrir les hauteurs de la Chartreuse (le massif montagneux entre Grenoble et Chambéry) en compagnie d’Hykul et Zed.

Voici quelques photos du bivouac !

Une belle grimpette le long de la ligne de crête au bord de la falaise :

DSC_0633 - copie

La dream team au sommet :

DSC_0605 - copie

Le coucher de soleil sur les nuages :

DSC_0629 - copie

Le campement au crépuscule :

DSC_0652 - copie

Les nuages cachaient parfois les étoiles, les lueurs orangées sont celles des villes de la vallée qui éclairent par en dessous :

DSC_0663 - copie

Le réveil au soleil, la brume se dissipe pour révéler les reliefs :

DSC_0672 - copie

Il est temps de redescendre !

 

 

Comment j’ai tenté de sauver mon disque dur

Vous le savez si vous lisez ce blog ou que vous appartenez à une de mes communautés en ligne, mais, j’avais eu une sérieuse panne informatique sur les 2 disques durs de mon serveur web.

Évidemment, la perte de données est colossale et correspond à 18 mois d’activité, de messages, de participations etc. Mes backups ? j’en avais mais j’avais pas vérifié que le mysqldump sortait bien les caractères UTF8… ( bah, non en fait, si comme moi vous utilisiez encore la redirection > dump.sql ).

Bref, voici la bête morte expédiée de chez OVH à grands frais ( sponsorisés par de valeureux membres de la communauté d’Herobrine.fr ):

Scanitto_2015-03-27_004_002

Ce disque dur présente le tableau clinique du mort, c’est à dire : aucun signe vital et une rigidité certaine des pièces normalement mobiles à l’intérieur : traduction, rien ne se passe quand on le branche et il n’est pas détecté.

A partir de là, plusieurs scénarios :

Soit j’envoie le disque chez un professionnel de la récupération de données et je débourse au minimum 1500 euros sans garantie de pouvoir exploiter les données (qui ont peut être pris un coup dans la tronche)

Soit je le répare moi même avec le risque de perdre définitivement toutes les données si jamais il en restait une trace.

J’ai opté pour le deuxième choix, et j’ai donc recherché sur internet une carte contrôleur de rechange, il m’a fallu trouver exactement la même référence, les mêmes numéros de série des puces, bref, tout pareil. C’était pas très simple, mais j’ai fini par trouver exactement celle que je voulais pour 35 dollars.

Je l’ai donc montée à la place de l’autre dans le disque dur :

IMG_2197

J’ai branché tout ce petit monde à un adaptateur SATA->USB et… rien. Je ne vous cache pas ma déception alors. Zut, y a un truc qui va pas.

Après quelques recherches il s’avère que certains disques 3,5 pouces sont un peu plus gourmands que d’autres en courant électrique et voltage. —évidemment— mon disque était dans cette liste, j’ai donc du acheter un boitier externe pour disque dur sata 3.5 pouces pour le connecter dans les bonnes conditions.

Et là… rien non plus.

Bon, je me dit que c’est pas la carte contrôleur ( les experts appellent ça une PCB ) et que ce n’est pas non plus ma connectique USB & alimentation. Par élimination, j’en déduis qu’il reste 2 pistes : une mauvaise reconnaissance logicielle par mon ordi ou une défaillance plus importante dans le disque, genre moteur cramé.

J’ai éliminé la question de reconnaissance logicielle en connectant le disque à un PC sous Windows, et le verdict est le même : le disque n’est pas détecté, même pas listé dans les périphériques connectés.

Reste donc la piste de défaillance dans le disque dur. J’ai donc lancé encore quelques recherches sur le net, à propos des tableaux cliniques de disques durs Seagate HS et je suis tombé sur une vidéo intéressante d’un technicien de chez Donor Drives ( un site spécialisé dans la revente de vieux disques durs d’occasion, pour pièces ). Cette vidéo donc, expliquait que certains disques —évidemment le miens est dans la liste— avaient besoin d’une transplantation de puce pour que la nouvelle carte contrôleur soit reconnue par le disque !

J’identifie donc la puce en question, qui a 8 pattes et qui renferme une NVRAM comportant ce qui s’approche d’un numéro UUID de disque et dont le disque a besoin pour fonctionner avec la carte.

IMG_2213

Il faut donc dessouder cette puce de la carte HS et la ressouder sur la carte de remplacement. Je ne suis pas électronicien, je dois avouer que cette manœuvre avait quelque chose d’assez effrayant pour un néophyte.

J’ai donc pris une pince à épiler, et une décapeuse thermique (oui oui, le gros sèche cheveux qui chauffe à 300° pour décoller la peinture )  et j’ai tiré sur la puce pendant que je faisait fondre les soudures en étain avec la décapeuse. ( c’est flippant )

En fait, c’est venu plus facilement que j’imaginais, les pattes de la puce n’étant pas « plantées » dans la carte en plastique, mais juste « posées » sur les soudures. J’ai du faire attention aux autres petits composants autour de la puce, genre les petites résistances qui demandaient qu’à fondre avec.

Opération extraction : OK.

IMG_2214

Ensuite, j’ai du extraire de la même manière la puce de la carte d’origine, la fameuse puce qui contient le sésame d’accès au disque dur. J’ai procédé de la même manière et voilà :

IMG_2216

Cette précieuse petite puce contient donc des données vitales pour la suite, j’ai du la ressouder sur la nouvelle carte, il fallait pour ça bien aligner les pattes sur les soudures (pas évident, car la forme en bosse des soudures faisaient glisser dans les ceux les pattes, ce qui positionnait naturellement la puce « entre » deux soudures).

J’ai finalement réussi à positionner la puce en équilibre sur les soudures, et quand c’était bon, j’ai appuyé dessus doucement avec un tournevis pour la garder plaquée contre les soudures pendant que je chauffait à la décapeuse pour faire fondre l’étain, là encore ça s’est plutôt bien passé, j’avais assez peur pour les petits composants autour, mais ils n’ont pas bougé, en témoigne une inspection minutieuse des travaux à la loupe :

IMG_2219

Avant de remonter la carte sur le disque j’ai passé un coup de gomme sur les zones de la carte qui accueillent les contacts à ressort du disque dur, pour être sur qu’il n’y avait plus de trace d’oxydation et qu’il n’y ait pas de faux contact :

Avant :IMG_2222

Après :IMG_2223

Je remonte donc la carte sur le disque dur, les petites vis en forme d’étoile ne résistent pas à mon mini tournevis pour resserrer les lunettes :

IMG_2224

Je laisse tout ce petit monde refroidir, puis je rebranche le disque à l’ordinateur via son boitier externe.

Je met le contact sur le boitier, et là j’entends le disque s’allumer ( yeah ! ).

Je branche alors le cordon USB à l’ordinateur, et alors que l’ordi demande au disque de s’identifier je déchante, j’entends un beep beep beep pas très amusant en provenance du disque. Le beep beep beep en question est en fait le bruit que fait une tête de lecture quand elle se cogne dans sa butée de parking, au lieu d’aller vérifier qu’elle est en état de répondre à l’ordinateur avec son petit nom de disque dur Seagate.

Ce disque dur, dans l’état actuel pourrait encore être sauvé par une greffe de têtes de lecture, mais la greffe en question nécessite un « disque donneur d’organes », et ça, c’est 200$ à sortir, et l’opération est un poil plus violente car elle nécessite d’ouvrir le sarcophage étanche du disque pour remplacer les têtes (qui sont très, très fragiles), vu mon niveau et mon outillage, je ne vais pas tenter cette opération car je sais que je n’ai pas de grandes chances d’arriver à sauver les données, il est tout à fait possible, de plus, qu’une tête défectueuse soit aller tracer un sillon de charabia sur le disque et que les données dessus sont en fait déjà mortes.

salleblanche

Conclusion : si c’était à refaire, je le referais sans hésitation, cette manœuvre était effrayante, mais en prenant le temps de faire les choses bien, elle est tout à fait accessible aux profanes soigneux, et permet très probablement de récupérer des données dans le cas d’un disque donc la carte PCB est morte, dans le cas où — et c’est évidemment le miens— le disque était doublement mort, carte ET têtes de lectures, ça permet au moins d’avancer d’une étape et de poser un diagnostique assez fiable.

Je tiens à remercier chaleureusement les personnes qui se sont cotisées pour tenter cette opération de sauvetage, elle n’a hélas pas réussi à donner les résultats espérés, mais elle a contribué à faire progresser notre connaissance du sujet, d’où cet article sur mon site pour que cet investissement n’ait pas été vain !

Voyagez à la vitesse de la lumière

Une expérience à faire au moins une fois dans une vie ! Cet artiste a créé une vidéo montrant le voyage de la lumière depuis le soleil, à bord… d’un Photon, à la vitesse de la lumière (300 000km/s).

C’est avec cette vidéo qu’on se rend compte que… Il va falloir trouver plus rapide que la vitesse de la lumière pour voyager loin dans l’univers !